Connexion
Menu principal

L'activité Cyberfac
Travaux de réflexions et de recherche ayant trait aux usages de l'internet à forte plus value sociale et à l'internet équitable
Vous pouvez les commenter et engager un dialogue avec l’auteur ou avec d’autres lecteurs (bouton "poster commentaire ci dessous ")
N’hésitez pas à proposer des travaux susceptibles d'être hébergés ou référencés par la Cyberfac de l'OUI .
Ces travaux sont publiés après avis d’un comité de lecture. Par défaut d’autres indications ils sont protégés par une licence Creative Commons (by-nc-sa)




Les émigrés sénégalais et les nouvelles technologies de l'information et de la communication
Auteur: Rédaction
Publié: 04 Jan 2005
Version: 0.03
ID article: 35
Vues: 10123 fois
Taille du document: 4.31 KB

Format imprimable Envoyer à un ami

Les émigrés sénégalais et les nouvelles technologies de l'information et de la communication

Par Serigne Mansour Tall
Date : mai 2002
Titre du projet: Technologies de l'information et développement social
No. de pages: 42

Quoique ancienne, la migration des Sénégalais vers l'extérieur du pays a connu un développement rapide et des implications sociales et économiques significatives durant les années 1980 et 1990. Cette migration s'est diversifiée tant dans ses destinations que dans l'origine de ses départs. La nécessité d'établir des "relations à distance", c'est-à-dire l'ensemble des formes de liens à la fois économiques, financières et sociales entre les émigrés et le pays d'origine devient un impératif, d'autant plus que les pays d'accueil sont de plus en plus lointains et de moins en moins liés au Sénégal. L'émigré est un acteur dont l'espace d'évolution est distribué entre plusieurs territoires. Le système migratoire est organisé entre différents pôles: les pays d'origine, les pays d'accueil et les zones d'investissement. Pour articuler et animer cet espace réticulaire, l'émigré doit assurer une circulation de l'information entre les différents pôles du système qui, malgré la distance, fonctionne en interaction quasi permanente. Les émigrés ont un besoin de communication de la même manière que tous les acteurs évoluant en réseau dans un contexte d'allongement des distances et de mobilité des acteurs.
Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) sont les supports modernes (câbles, satellites, réseaux en ligne, applications télématiques) qui facilitent la circulation des idées et la mise en relation des données et des hommes. Cette étude vise à comprendre le rôle et la place des NTIC dans les "relations à distance" entre les émigrés sénégalais et leurs familles restées au pays. Les modes d'utilisation et d'appropriation de ces technologies par les émigrés sont complexes. Comme toute innovation, les NTIC remettent en cause des croyances et des connaissances séculaires, des positions acquises depuis longtemps, des organisations locales déjà consolidées.

Des mutations sociales rapides résultent des relations entre les émigrés et leurs familles au Sénégal. Celles-ci sont entretenues grâce aux envois des émigrés qui acquièrent par les NTIC un pouvoir de décision accru dans la gestion des affaires domestiques. Par exemple, par l'intermédiaire d'entreprises spécialisées dans la vente à distance de denrées alimentaires, des émigrés pourvoient aux dépenses d'entretien de leurs familles en s'appuyant sur les réseaux de commerçants et sur les facilités offertes par les NTIC. Les émigrés permettent l'accès des NTIC à leurs familles en prenant en charge les frais de raccordement au téléphone fixe ou en offrant des appareils cellulaires. Les émigrés assurent souvent le paiement des factures. Pour les besoins de la gestion à distance de l'espace domestique et de leurs affaires, les émigrés introduisent d'autres formes d'utilisation des NTIC.

Comment les émigrés s'approprient-ils les NTIC? Comment celles-ci entraînent-elles une dématérialisation des transferts financiers des émigrés et une facilitation de la circulation des capitaux privés? Quel est le rôle des migrants dans la pénétration de ces technologies dans les villages a priori isolés? Quelles sont les implications sociales et économiques de l'accessibilité des NTIC? Cette étude tente de répondre à ces questions et de comprendre comment les émigrés sénégalais et leurs familles restées au pays se servent de ces nouveaux outils de communication et, en retour, comment ces outils influencent leurs relations et leurs modes de vie. En s'appuyant sur les opportunités offertes par les NTIC, les émigrés, grâce à leur argent et leur entregent, essaient d'insuffler une dynamique nouvelle à leurs relations avec les familles restées au Sénégal. Cette étude se place donc au cœur de l'articulation entre l'innovation technologique et les changements sociaux sous l'influence d'un acteur clef: l'émigré.

Serigne Mansour Tall est assistant de recherche à l'Institut international pour l'environnement et le développement (IIED) programme Sahel, Dakar

Source : site de l’UNRISD :
Les émigrés sénégalais et les nouvelles technologies de l'information et de la communication


Les émigrés sénégalais et les nouvelles technologies de l'information et de la communication
© copyright 2017 Rédaction & L'observatoire des Usages de l'Internet
 
Rechercher

 
© 2001-2011 - O.U.I. association loi 1901 - Articles et Brèves sous licence creative commons (by-nc-sa) - - Réalisation: D-LUNE/XOOPS